Economie solidaire : Premier Répar-café à Rambouillet – (Écho Républicain)

Dans l’Echo républicain du vendredi 28 novembre :

Une solution solidaire et de partage pour éviter de mettre à la poubelle des objets en panne

Un samedi matin par mois, Répare-Café permet de venir faire réparer des petits matériels en panne ou des vêtements abîmés, dans une ambiance conviviale autour d’un café. - agences CHARTRES

Un samedi matin par mois, Répare-Café permet de venir faire réparer des petits matériels en panne ou des vêtements abîmés, dans une ambiance conviviale autour d’un café.

Trois associations se regroupent pour permettre de réparer des matériels en panne, dans une ambiance conviviale. Répare-Café vient de naître à Rambouillet.

À voir le développement des associations prônant la notion de partage, l’économie solidaire a de beaux jours devant elle.

« Certains économistes, parmi lesquels Jérémy Rifkin, sont persuadés qu’elle deviendra la troisième économie mondiale à court ou moyen terme », explique Alain Poulet, le coordinateur de Répare-Café. « Je pense que la crise que nous vivons amène l’émergence de cette économie collaborative ».

« La crise amène l’émergence de cette économie collaborative » « Elle pousse les gens à réfléchir sur le comment et le pourquoi de cette crise. Une réflexion accentuée par l’épuisement des ressources naturelles. Ça devient un vrai phénomène de société ».

L’opération Répare-Café a pour objectif de permettre au public de venir faire réparer un petit matériel en panne, un vêtement déchiré, ou un vélo qui ne fonctionne plus. Programmée un samedi matin par mois, à partir de demain, cette opération repose sur un grand principe :

« N’importe qui peut venir faire réparer un matériel. En plus, ce sera un vrai moment de convivialité autour d’une tasse de café ou de thé. Mais cette occasion doit aussi être un moment d’échange entre la personne qui vient faire réparer son matériel et le bénévole qui met ses talents de bricoleur à son service ». Une façon, non seulement d’éviter de mettre à la poubelle un objet qui pourrait servir à nouveau, mais qui permettra surtout d’enrichir ses connaissances en matière de bricolage.

Cette opération peut voir le jour grâce au regroupement de trois associations sensibilisées par l’économie solidaire, mais aussi l’économie des énergies, comme Rambouillet en Transition. « Nous faisons partie d’un mouvement qui regroupe les villes et territoires en transition », explique sa présidente, Solen Boivin. « Il a pour objectif d’étudier comment diminuer la consommation d’énergie ». L’association rambolitaine a été fondée en 2012 : « Nous avons créé un certain nombre de partenariats pour permettre aux Rambolitains de consommer ce qui est produit à proximité de chez eux ».

Une plate-forme de rencontres citoyennes Rambouillet en Transition prône également les déplacements doux. Elle organise en particulier des « Cycliques » pour promouvoir les déplacements à vélo.

La deuxième association à participer au projet est la Fabric des Colibris. Initié en 2007 par Pierre Rabhi, un agro-agriculteur, le mouvement se veut une plate-forme de rencontres citoyennes qui prône les valeurs d’humanisme, d’autonomie et d’écologie.

Enfin, la dernière structure à participer au Répare-Café est Émansel, une association d’échange solidaire basée à Emancé, mais qui rayonne sur dix-huit communes de la région de Rambouillet.

Pratique. L’opération Répare-Café se déroule à l’ancien temple de Rambouillet, 31 rue Clemenceau, local prêté par la Maison des jeunes et de la culture.

Jacques Joannopoulos

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s