Archives pour la catégorie Lectures / réflexions

Il m’a installé un truc, là, et depuis, mon portable, il s’allume comme ça : paf !

… Alors pendant un temps tout le monde s’est mis à errer à la recherche de solutions. Les plus riches – au grand bonheur des vendeurs de chez Darty – réglaient drastiquement leurs problèmes en rachetant du matériel. Les autres cherchaient conseil auprès de tous ceux qui portent des lunettes. Prenant tout ce qui passe. Accumulant le plus souvent les grands n’importe quoi. Jusqu’à l’arrivée de David.

« Il m’a réglé tous mes problèmes. Il m’a installé un truc, là, et depuis, mon portable, il s’allume comme ça : paf ! »

Mon amie s’exécute. Et effectivement : paf. Une minute après l’avoir mis en route, son gros bazar affiche un bureau. J’ai eu à peine le temps de voir scintiller le nom du système d’exploitation. Lubuntu. Connais pas. Qu’est-ce que c’est que ce truc ?

« Il m’a tout expliqué, David. Il m’a demandé ce que j’utilisais comme logiciels. Je lui ai dit que j’aillais sur Internet, que je regardais des films et que je faisais Word et Excel. Il m’a dit que pour faire ça, j’avais pas besoin de Windows. Que Windows, ça coûtait cher, que ça prenait 80 % de la place sur mon portable. Que ça installait des trucs sans te le dire, qui ralentissaient tout. Il m’a mis ce truc. Et là, je te jure : ça marche tout seul. J’ai même deux fois plus de batterie qu’avant. Et en plus c’est gratuit. »

Sifflement d’admiration. Dans le café, je croise les sourcils circonflexes de ceux qui font mine de ne pas s’intéresser à nous. Je parcours un peu l’interface, simple et brute, et constate qu’effectivement, mon amie n’a rien besoin de plus, et que tout fonctionne à merveille. David est un sorcier. D’un seul élixir, il a fait un remède pour tous les maux de mon amie…

A lire sur Rue89 ici: http://rue89.nouvelobs.com/blog/rural-rules/2016/10/10/et-dun-coup-je-me-suis-libere-dapple-google-et-microsoft-235392

Le gouvernement célèbre la COP 21 par une mesure anti-vélo

07

« L’Histoire arrive, l’Histoire est là, toutes les conditions sont réunies et elles ne le seront plus avant longtemps. Nous sommes, vous êtes, sur la dernière marche, il faut se hisser encore à la hauteur de l’enjeu. Il n’y aura pas de report, il n’y aura pas de sursis possible, l’accord décisif pour la planète, c’est maintenant. » François Hollande, samedi 12 décembre, au Bourget, s’essayait à la grandeur, le soir de la COP 21 : « La France vous demande, la France vous conjure d’adopter le premier accord universel sur le climat de notre Histoire. »

Sortez mouchoirs et violons ! Mais la grandiloquence du président de la République n’a pas ému son Premier ministre. Car, quelques jours auparavant, Manuel Valls et son gouvernement ont fait passer une décision contraire à l’esprit de l’accord de Paris.

« Ce n’est pas la COP 21, c’est la COM 21 ! »

(Source: http://reporterre.net/Le-gouvernement-celebre-la-COP-21-par-une-mesure-anti-velo)

Des mouvements citoyens facilitant l’apparition d’innovation sociale et politique ?

Pour avoir des éléments de réponse à cette question, n’hésitez pas à lire le mémoire « Développement durable et transition, Gouvernance et Participation, étude appliqué au territoire girondin » de Guillaume Doukhan dont voici un extrait de l’introduction.

« (…) le mouvement des Transition Towns est apparu en Angleterre en 2006, il est
aujourd’hui l’objet d’études anglo-saxonnes. Depuis 2013 il commence à faire l’objet de recherches scientifiques en France, suite aux premières initiatives de transition françaises apparues en 2008-2009, aujourd’hui au nombre de 150 environ. Le mouvement des Colibris,créé en 2007 sous l’impulsion de Pierre Rabhi, vise à «inspirer, relier etsoutenir » l’ensemble des volontés et des projets de transition écologique et sociétale. Pour ce faire, il a développé lui aussi un réseau d’une cinquantaine de groupes locaux tentant de mettre en œuvre ces objectifs. Ces deux mouvements semblent proposer des logiques complémentaires : action pour les initiatives de transition, et lien et soutien pour les groupes Colibris. Cela est assez différent du cas anglais où le mouvement des Transition Towns semble jouer ces deux rôles. D’autres mouvements focalisant leur objet d’action/étude sur un pan de la transition et se sont également développés de manière très rapide, comme Oui Share, autour de l’économie collaborative.
A partir de cet état des lieux succinct, il a semblé pertinent de s’intéresser à l’articulation de ces deux phénomènes. Les mouvements citoyens réussissent-ils à dialoguer avec la collectivité publique
? L’apparente contradiction entre gouvernance partagée et citoyenne, et gouvernance centralisée, issue du suffrage des urnes, pose-t-elle problème, ou les élus acceptent-ils de jouer le jeu et de «perdre» le pouvoir au profit de la décision et de l’initiative citoyenne? Une complémentarité peut-elle être trouvée entre les objets, les moyens, et les projets de chacun ? Ces mouvements citoyens, entre eux, arrivent-ils à organiser une gouvernance cohérente, permettant de ne pas empiler des projets identiques mais au contraire de démultiplier les forces en présence ?(…) »

Le pire krach pétrolier en 45 ans?

Jusqu’ici, la banque d’affaires Morgan Stanley comparaît la chute des prix pétroliers à celle vécue en 1986 (-45%). Mais la baisse persistante laisse entrevoir un scénario pire encore.

Alors que le baril de Brent  OILBR -1,18% est passé, ce vendredi matin, sous le seuil des 55 dollars pour la première fois depuis plus de trois mois, Morgan Stanley estime que la chute des prix pétroliers pourrait être aussi importante que lors du krach de 1986. A cette époque là, les prix ont chuté de 45%.

« Nous nous attendions à ce que le repli actuel soit aussi marqué que celui de 1986– le pire de ces 45 dernières années- mais pas davantage », signale Martijn Rats de Morgan Stanley dans une note adressée aux clients de la banque. Mais avec la baisse persistante, un scénario pire encore pourrait voir le jour.

Alors que la plupart de ses prévisions pour le pétrole ont été confirmées dans les faits, souligne Business Insider, Rats reconnaît que la banque a sous-estimé la production de l’OPEP cette année.

« Nous avons anticipé le fait que la production de l’OPEP ne serait pas réduite mais nous n’avons pas prévu une telle hausse », écrit Rats. « A notre avis, c’est la principale raison qui explique pourquoi le réajustement du marché pétrolier n’a pas encore gagné en force. »

Rats prévient, en outre, que si le krach s’avère être plus grave que celui de 1986, il pourrait devenir le pire connu au cours des 45 dernières années.

« Si ce scénario se confirme, nous manquerons d’outils pour prédire les phases suivantes du cycle, surtout à court terme », avance Rats. « En fait, nous ne disposerions d’aucune référence historique. »

Source: L’Echo

Le Sommet des consciences, « grand-messe » du climat

À quelques encablures du centre de conférence où le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius a convié plus de quarante ministres à identifier les obstacles à franchir pour réussir dans quatre mois la Conférence internationale sur le climat (COP21), se tient mardi 21 juillet un autre sommet hautement climatique, le « Sommet des consciences pour le climat ».

 

Inauguré à 8 h 45 par une allocution de François Hollande et de Jean-Paul Delevoye, le président du Conseil économique, social et environnemental, qui accueille l’événement, il va donner la parole à une quarantaine de personnalités − dignitaires religieux, chefs d’Etat, scientifiques, prix Nobel de la paix, artistes − convaincues de la nécessité de mobiliser les consciences face à la menace que représente le réchauffement de la planète.

L’ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, l’acteur et ex-gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger ou encore l’essayiste Pierre Rabhi figurent au programme de cette grand-messe. Le sommet est aussi l’occasion de lancer le « Green Faith in Action », une initiative pour rendre les villes de pèlerinage sobres en carbone.

Le climat, l’affaire de tous

Ce vaste projet n’émane pas du ministre des affaires étrangères et futur président de la COP21, mais d’un autre proche du chef de l’Etat, Nicolas Hulot. Pour l’ex-journaliste, qui officie depuis fin 2012 comme envoyé spécial du président de la République pour la préservation de la planète, pas question de laisser le débat aux négociateurs et aux technocrates : le climat est l’affaire de tous, comme devrait le rappeler l’appel des consciences lu en fin de journée. « Nous sommes dans un moment prophétique qui appelle à un réveil des consciences », insiste Agnès Rochefort-Turquin, coordinatrice du sommet à Bayard Presse, l’un des co-organisateurs de la manifestation.

Un réveil auquel le pape François a déjà apporté une contribution remarquée. Dans l’encyclique publiée le 18 juin, le souverain pontife exhortait « la famille humaine » à tourner le dos au consumérisme et à agir sans tarder pour sauver la planète.

(Source: Le Monde)