Archives pour la catégorie Réchauffement climatique

Réquisition de chaises à St Quentin en Yvelines

L’argent pour sauver le climat existe : il est dans les paradis fiscaux!

 

 

Deux actions ANV COP21 ce matin ! 8 chaises réquisitionnées à St Quentin-en-Yvelines et 6 à Toulouse dans une action commune avec ATTAC. Les actions se multiplient partout en France.

Le compteur passe à 82 ! Elle seront présentes au Sommet des 196 Chaises le 6 décembre à Montreuil pendant la COP21.

En savoir plus: http://anv-cop21.org

Le pire krach pétrolier en 45 ans?

Jusqu’ici, la banque d’affaires Morgan Stanley comparaît la chute des prix pétroliers à celle vécue en 1986 (-45%). Mais la baisse persistante laisse entrevoir un scénario pire encore.

Alors que le baril de Brent  OILBR -1,18% est passé, ce vendredi matin, sous le seuil des 55 dollars pour la première fois depuis plus de trois mois, Morgan Stanley estime que la chute des prix pétroliers pourrait être aussi importante que lors du krach de 1986. A cette époque là, les prix ont chuté de 45%.

« Nous nous attendions à ce que le repli actuel soit aussi marqué que celui de 1986– le pire de ces 45 dernières années- mais pas davantage », signale Martijn Rats de Morgan Stanley dans une note adressée aux clients de la banque. Mais avec la baisse persistante, un scénario pire encore pourrait voir le jour.

Alors que la plupart de ses prévisions pour le pétrole ont été confirmées dans les faits, souligne Business Insider, Rats reconnaît que la banque a sous-estimé la production de l’OPEP cette année.

« Nous avons anticipé le fait que la production de l’OPEP ne serait pas réduite mais nous n’avons pas prévu une telle hausse », écrit Rats. « A notre avis, c’est la principale raison qui explique pourquoi le réajustement du marché pétrolier n’a pas encore gagné en force. »

Rats prévient, en outre, que si le krach s’avère être plus grave que celui de 1986, il pourrait devenir le pire connu au cours des 45 dernières années.

« Si ce scénario se confirme, nous manquerons d’outils pour prédire les phases suivantes du cycle, surtout à court terme », avance Rats. « En fait, nous ne disposerions d’aucune référence historique. »

Source: L’Echo

Le Sommet des consciences, « grand-messe » du climat

À quelques encablures du centre de conférence où le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius a convié plus de quarante ministres à identifier les obstacles à franchir pour réussir dans quatre mois la Conférence internationale sur le climat (COP21), se tient mardi 21 juillet un autre sommet hautement climatique, le « Sommet des consciences pour le climat ».

 

Inauguré à 8 h 45 par une allocution de François Hollande et de Jean-Paul Delevoye, le président du Conseil économique, social et environnemental, qui accueille l’événement, il va donner la parole à une quarantaine de personnalités − dignitaires religieux, chefs d’Etat, scientifiques, prix Nobel de la paix, artistes − convaincues de la nécessité de mobiliser les consciences face à la menace que représente le réchauffement de la planète.

L’ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, l’acteur et ex-gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger ou encore l’essayiste Pierre Rabhi figurent au programme de cette grand-messe. Le sommet est aussi l’occasion de lancer le « Green Faith in Action », une initiative pour rendre les villes de pèlerinage sobres en carbone.

Le climat, l’affaire de tous

Ce vaste projet n’émane pas du ministre des affaires étrangères et futur président de la COP21, mais d’un autre proche du chef de l’Etat, Nicolas Hulot. Pour l’ex-journaliste, qui officie depuis fin 2012 comme envoyé spécial du président de la République pour la préservation de la planète, pas question de laisser le débat aux négociateurs et aux technocrates : le climat est l’affaire de tous, comme devrait le rappeler l’appel des consciences lu en fin de journée. « Nous sommes dans un moment prophétique qui appelle à un réveil des consciences », insiste Agnès Rochefort-Turquin, coordinatrice du sommet à Bayard Presse, l’un des co-organisateurs de la manifestation.

Un réveil auquel le pape François a déjà apporté une contribution remarquée. Dans l’encyclique publiée le 18 juin, le souverain pontife exhortait « la famille humaine » à tourner le dos au consumérisme et à agir sans tarder pour sauver la planète.

(Source: Le Monde)

Enjeu global, village local

Echo

Un bel article dans l’écho du parc: Extrait!

En deux mots, il s’agit de faire connaître des alternatives concrètes, de rappeler qu’elles ne viennent pas toujours d’en haut et qu’elles peuvent aussi être mises en œuvre au quotidien, à un niveau local ou régional, individuel et collectif. « Changeons le système, pas le climat », rappelle le collectif qui, pour le prouver, organise à l’automne 2013 le premier rassemblement des initiatives écolo-éthico-citoyennes à
Bayonne. Au total 12 000 personnes se retrouvent autour de stands, de conférences, d’ateliers, de repas, d’expositions… En fin de journée, une déclaration solennelle lue par Christiane Hessel appelle à créer 10, 100,  1 000 Alternatiba en France et en Europe, dans la perspective de la COP21.
L’appel porte loin : Bordeaux, Toulouse, Rennes, Strasbourg, Paris, Tahiti. De nombreuses villes créent leur événement. Dans le Parc et ses environs, Centre Yvelines, Saint-Quentin-en-Yvelines et Rambouillet leur emboîtent le pas et prévoient de belles manifestations pour ces prochains mois.
Les festivités démarreront à la Verrière les 6 et 7 juin. Un village composé de 12 quartiers thématiques permettront d’aborder pas mal de sujets autour du climat et de la justice sociale. Depuis plusieurs mois, une centaine de bénévoles travaillent à son organisation. Certains cogitent, d’autres bricolent jusqu’à même réaliser de leurs propres mains composteurs et toilettes sèches pour la manifestation. « Le Parc accompagne les organisateurs pour que l’événement soit envisagé de façon éco-responsable, grace à une charte événementielle », précise la chargée d’animation Julie Tisseront.
À Jouars-Pontchartrain, les préparatifs vont également bon train. Dix groupes de travail planchent sur différentes thématiques : consommer autrement, éduquer, se déplacer, réutiliser, créer, se loger… L’idée d’un Alternatiba Centre Yvelines a germé dans la tête des membres de Villages d’Yvelines en Transition rapidement rejoints par des particuliers, une vingtaine d’associations locales et des partenaires institutionnels. « Nous sommes ouverts à tous, rappelle l’un des organisateurs Pierre Mormiche. L’organisation de ce festival est un défi qui demande beaucoup de monde. Toutes les formes de participation sont les bienvenues : organisation, coup de main ponctuel, partage de son réseau ou
de ses expériences… » À bon entendeur !

echo_67_article1

echo_67_article2

 

 

 

echo_67_article3

Réchauffement climatique: le gouvernement néerlandais poursuivi en justice par un collectif citoyen

Près de 900 citoyens néerlandais ont entamé ce mardi une action en justice contre leur gouvernement, pour l’obliger à réduire ses émissions de gaz à effet de serre.
L’initiative est surtout d’ordre symbolique et sans doute n’a-t-elle que peu de chance d’aboutir à une condamnation. Mais la méthode est de nature à marquer les esprits. Près de 900 citoyens néerlandais ont entamé ce mardi une action en justice contre leur gouvernement, pour l’obliger à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, dans l’espoir de contrer le réchauffement climatique dont ils s’alarment.

Obliger La Haye à réduire ses émissions de CO2

« Nous voulons que le gouvernement néerlandais réduise les émissions de gaz à effet de serre à un niveau 40% inférieur à celui constaté en 1990. Et ce d’ici à 2020 », explique Marjan Minnesma, la directrice de l’ONG Urgenda qui coordonne les plaignants. Plus de 200 d’entre eux, des enseignants, des entrepreneurs, des artistes, des musiciens, étaient présents ce mardi à La Haye pour le début du procès.

Selon l’ONG, c’est la première fois que des citoyens poursuivent en justice leur gouvernement pour son inaction face au réchauffement climatique. Les citoyens engagés ont notamment demandé aux juges de qualifier un réchauffement climatique supérieur à deux degrés Celsius de « violation des droits de l’homme ». Un jugement est attendu pour le 24 juin.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/rechauffement-climatique-le-gouvernement-neerlandais-poursuivit-en-justice-par-un-collectif-citoyen_1671196.html

Climat : la géo-ingénierie est-elle une solution ?

Plusieurs années après le rapport de la Royal Society, ce sont maintenant les Américains qui s’y mettent : la National Academy of Sciences a sorti son propre document sur la modification du climat, ce qui n’a pas manqué de susciter divers articles dans la presse spécialisée. Ainsi le New Scientist nous prévient que « la modification du climat serait irrationnelle et irresponsable », tandis que la Technology Review du MIT nous informe que « l’étude de la National Academy of Science préconise l’usage de la géo-ingénierie sur une petite échelle ». Enfin, Ars Technica explique que le rapport nous suggère d’y « réfléchir avec prudence ».

Article Rue89 à lire ici

Et le meilleur outil contre le dérèglement climatique est…

On le sait, au rythme actuel d’émissions de gaz à effet de serre (GES), le dérèglement climatique deviendra insoutenable pour une bonne partie de l’humanité d’ici quelques décennies.

Pour lutter contre ce phénomène, deux solutions complémentaires s’offrent à nous. Réduire rapidement les émissions de GES et diminuer la concentration de gaz déjà contenus dans l’atmosphère.

C’est sur ce deuxième volet que s’est penchée [PDF] pendant un an une équipe de chercheurs de l’Université d’Oxford. Dans leur étude publiée le 3 février, ils ont comparé le coût, l’efficacité et le potentiel de mise en place à grande échelle des ces différentes techniques : les « Negative Emissions Technologies » (NET).

Les forêts sont très efficaces

Au sommet de leur palmarès trônent les technologies qu’ils surnomment les « no regrets » Negative Emissions Technologie, c’est-à-dire celles qui, en plus de capter du CO2, coûtent peu cher et apportent beaucoup de bienfaits.

La première d’entre elles ? C’est l’arbre. Oui, ce végétal si mal connu. Les chercheurs recommandent d’en planter à grande échelle, en sachant qu’un hectare de forêt permet de capter 3,7 tonnes de CO2 par an. Ils invitent également à utiliser le biocharbon et les techniques de préservation des sols, afin de renforcer leur rôle de puits de carbone.

Les techniques de captage de CO2 et autre méthodes relevant de ce qu’on appelle la « géo-ingénierie » – comme l’injection de chaux dans les océans pour leur permettre de capter plus de CO2 – sont reléguées dans la seconde partie de leur classement. Elles coûtent cher, consomment de l’énergie et on connaît mal leurs conséquences. Selon ces chercheurs, elles sont encore très mal maîtrisées et ne pourront de toute façon pas avoir de réel impact avant 2050. Une éternité à l’échelle du défi climatique.

Gagner du temps

D’ici là, les technologies – principalement la reforestation, le biocharbon et l’amélioration des sols, donc – ne pourront au mieux que nous faire gagner du temps, en retirant l’équivalent de deux ans et demi d’émissions de CO2 de l’atmosphère.

Pas de quoi rendre moins urgente la diminution de nos émissions selon les auteurs :

« Si l’on tient compte du coût potentiel et des besoins énergétiques de la plupart de ces technologies à émissions négatives, mais aussi de l’effort mondial nécessaire pour atteindre les niveaux de technologie requis, il est clair que leur déploiement à grande échelle, s’il était possible, ne serait en aucun cas préférable à une décarbonisation de nos système énergétiques et agricoles. »

« Le succès du déploiement de ces technologies ne pourra pas autoriser les secteurs qui émettent beaucoup de gaz à effet de serre à poursuivre le “business as usual”. »

Ces conclusions confirment celles du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) à propos des technologies de manipulations du climat qui composent la géo-ingénierie. Sous pression de la Russie, – et selon l’un de ses vice-présidents, parce que « ne pas traiter cette question dans le rapport du GIEC ouvrirait la porte à ce qu’on puisse en dire n’importe quoi » –, les rédacteurs du dernier rapport ont consenti à écrire un petit paragraphe sur le sujet. Piers Forster, l’un des coauteurs du texte, expliquait ainsi en septembre 2014 :

« Il n’y a pas de doute : si elles venaient à être mises en place, ces solutions refroidiraient la Terre. Mais ce refroidissement ne serait que temporaire puisque le CO2 continuerait à augmenter. Je pense personnellement que la technologie est loin de fonctionner et pourrait créer de nombreux autres problèmes. »

 

(Source Rue89 http://rue89.nouvelobs.com/2015/02/06/meilleur-outil-contre-dereglement-climatique-est-257551)