Archives pour la catégorie Villes en transition

Rambouillet en Transition participait à la belle fête du vélo à Neauple le chateau

Du monde pour la fête du vélo organisée par village d’Yvelines en Transition malgré une météo frisquette!

Publicités

Rob Hopkins à Rambouillet le 1er mars

A Rambouillet la 3ème édition de la Quinzaine des Possibles aura lieu du 1er au 15 mars 2017 en partenariat avec Les Rencontres de Poigny et la librairie Labyrinthes.

Mercredi 1er mars à 20h00, Rob Hopkins, auteur de livres parlant de Transition, sera au pôle culturel de La Lanterne. Il sera accompagné de Cyril Dion, le réalisateur du film Demain. Rob Hopkins est l’initiateur du mouvement des Villes et Territoires en Transition, un mouvement international qui compte désormais plus de 500 initiatives officielles. Pour cette rencontre spéciale, il vous faudra vous inscrire via internet à l’adresse suivante : https://www.weezevent.com/rob-hopkins-cyril-dion-le-pouvoir-d-agir-ici-et-maintenant (il n’y aura pas de billets disponibles à La Lanterne, ni à la librairie).

Les villes en Transition du Sud-Yvelines sont en train de se coordonner pour rencontrer Rob Hopkins dès 16h. Si vous souhaitez vous joindre à nous car votre projet, votre association s’inscrit dans cette thématique, contactez-nous : rambouilletentransition@laposte.net

Pour voir tout le programme de la quinzaine des possibles, c’est ici : http://www.ramboliweb.com/html/info.asp?infoID=7505

 

Des mouvements citoyens facilitant l’apparition d’innovation sociale et politique ?

Pour avoir des éléments de réponse à cette question, n’hésitez pas à lire le mémoire « Développement durable et transition, Gouvernance et Participation, étude appliqué au territoire girondin » de Guillaume Doukhan dont voici un extrait de l’introduction.

« (…) le mouvement des Transition Towns est apparu en Angleterre en 2006, il est
aujourd’hui l’objet d’études anglo-saxonnes. Depuis 2013 il commence à faire l’objet de recherches scientifiques en France, suite aux premières initiatives de transition françaises apparues en 2008-2009, aujourd’hui au nombre de 150 environ. Le mouvement des Colibris,créé en 2007 sous l’impulsion de Pierre Rabhi, vise à «inspirer, relier etsoutenir » l’ensemble des volontés et des projets de transition écologique et sociétale. Pour ce faire, il a développé lui aussi un réseau d’une cinquantaine de groupes locaux tentant de mettre en œuvre ces objectifs. Ces deux mouvements semblent proposer des logiques complémentaires : action pour les initiatives de transition, et lien et soutien pour les groupes Colibris. Cela est assez différent du cas anglais où le mouvement des Transition Towns semble jouer ces deux rôles. D’autres mouvements focalisant leur objet d’action/étude sur un pan de la transition et se sont également développés de manière très rapide, comme Oui Share, autour de l’économie collaborative.
A partir de cet état des lieux succinct, il a semblé pertinent de s’intéresser à l’articulation de ces deux phénomènes. Les mouvements citoyens réussissent-ils à dialoguer avec la collectivité publique
? L’apparente contradiction entre gouvernance partagée et citoyenne, et gouvernance centralisée, issue du suffrage des urnes, pose-t-elle problème, ou les élus acceptent-ils de jouer le jeu et de «perdre» le pouvoir au profit de la décision et de l’initiative citoyenne? Une complémentarité peut-elle être trouvée entre les objets, les moyens, et les projets de chacun ? Ces mouvements citoyens, entre eux, arrivent-ils à organiser une gouvernance cohérente, permettant de ne pas empiler des projets identiques mais au contraire de démultiplier les forces en présence ?(…) »