Réchauffement climatique

Le double défi

Le pic pétrolier et le dérèglement climatique sont deux problèmes majeurs et qui nous concernent dès à présent. Il semble cependant que les activistes préoccupés par l’un de ces problèmes ignorent souvent le second. Ces deux problèmes ont en commun notre dépendance aux combustibles fossiles, et en particulier au pétrole. Alors que le dérèglement climatique nous incite à changer nos modes de vie, le pic pétrolier nous l’impose. Ne pas prendre les deux problèmes ensembles conduit à préconiser des solutions que l’on ne peut ou ne devrait pas appliquer.

Le rapport Hirsch, commandité par le département américain de l’énergie en 2005, préconise ainsi de produire du pétrole par tous les moyens possibles, comme les agrocarburants, le charbon liquéfié (CTL), ou le pétrole non conventionnel. Or, si l’on tient compte du facteur climatique, nous devons réduire notre consommation de combustible fossile, et non remplacer une de ces énergies par une autre. Plus généralement, passer d’une économie du pétrole à une économie du charbon pose le même problème.

Le rapport Stern sur le changement climatique, commandité par le gouvernement du Royaume-Uni en 2006, occulte le problème du pic pétrolier, estimant qu’il restera assez de pétrole jusqu’aux années 2050. Plus généralement, le rapport Stern ne remet pas en cause notre mode de vie basé sur une énergie bon marché, et propose des solutions techniques (ingénierie climatique, séquestration du carbone) ou prenant cadre dans une économie mondialisée (bourse du carbone), qui ne sont pas pertinentes dans un contexte de descente énergétique.

Un bon exemple de la nécessité de cette double approche est la ville de New-York, qui a bon modèle vu sous l’angle du dérèglement climatique (un des taux de rejet de CO2 par habitant les plus bas des grosses villes occidentales, grâce à sa forte concentration de population), mais beaucoup moins vu sous l’angle du pic pétrolier (forte dépendance à de gros réseaux de distribution, pour les mêmes raisons).

(Source Wikipédia)

Publicités

3 réflexions sur « Réchauffement climatique »

  1. Concernant « double stratégie »: Le IPCC et conscient depuis des années qu’il faut pas seulement reduire nos émissions (dramatiquement), mais stocker du CO² avec une agriculture durable -permaculture- globalement. Ca peut stocker 80% de nos émissions.
    Bonne source: Eric Toensmeier: « The Carbon Farming Solution »

  2. Je voudrais faire remarquer quelque chose que l’opinion publique a beaucoup de mal à intégrer car il s’agit de toucher à des habitudes profondément ancrées. Il s’agit de l’impact scientifiquement reconnu de l’alimentation à base de produits animaux sur le réchauffement climatique. En effet le secteur de l’élevage est responsable de 15 % des gaz à effet de serre, c’est à dire plus que les effets de tous les transports réunis. Il provoque déforestation, érosion des sols, pollution des eaux et sur la santé humaine une antibiorésistance qui prend des proportions inquiétantes. L’alimentation végétale outre son impact positif pour la santé reconnu par l’OMS est l’alternative à développer rapidement étant donnée l’urgence à laquelle nous sommes confrontés.

    1. Bonjour,
      Vous avez certainement raison mais il c’est hélas difficile de graduer les sujets et de dégager des priorités. Le problème est global, c’est une crise civilisationelle, les efforts doivent converger à tous prix.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

L'association citoyenne pour la résilience de Rambouillet et de sa région

%d blogueurs aiment cette page :